19 Morceaux, 1 heure 47 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Au début du XIXe siècle, le pianiste et compositeur polonais Frédéric Chopin est devenu la coqueluche des salons parisiens, grâce à ses pièces pour piano qui requéraient une technique irréprochable. Si ses valses, préludes, mazurkas et polonaises forçaient l’admiration, ce sont ses nocturnes, nommés ainsi du fait de leur lenteur presque onirique, qui demeurent encore ses compositions les plus poétiques et populaires. Le pianiste Arthur Rubinstein, dont le nom est devenu indissociable de son compatriote polonais, a interprété les nocturnes à de nombreuses reprises pendant sa carrière de plus de 80 ans. Cet enregistrement des nocturnes, le dernier qu’il a effectué, est rempli de tendresse, de simplicité et de minimalisme.

NOTES DES ÉDITEURS

Au début du XIXe siècle, le pianiste et compositeur polonais Frédéric Chopin est devenu la coqueluche des salons parisiens, grâce à ses pièces pour piano qui requéraient une technique irréprochable. Si ses valses, préludes, mazurkas et polonaises forçaient l’admiration, ce sont ses nocturnes, nommés ainsi du fait de leur lenteur presque onirique, qui demeurent encore ses compositions les plus poétiques et populaires. Le pianiste Arthur Rubinstein, dont le nom est devenu indissociable de son compatriote polonais, a interprété les nocturnes à de nombreuses reprises pendant sa carrière de plus de 80 ans. Cet enregistrement des nocturnes, le dernier qu’il a effectué, est rempli de tendresse, de simplicité et de minimalisme.

TITRE DURÉE

Titres

Albums

Vidéos

D’autres utilisateurs ont aussi écouté