iTunes

Ouverture de l’iTunes Store en cours…Si iTunes ne s’ouvre pas, cliquez sur l’icône de l’application iTunes dans votre Dock Mac ou sur votre bureau Windows.Progress Indicator
Ouverture de l’iBooks Store.Si iBooks ne s’ouvre pas, cliquez sur l’app iBooks dans votre Dock.Progress Indicator
iTunes

iTunes is the world's easiest way to organize and add to your digital media collection.

iTunes est introuvable sur votre ordinateur. Pour écouter des extraits et acheter des morceaux de « Doll Domination » par The Pussycat Dolls, téléchargez iTunes.

Vous avez déjà iTunes ? Cliquez sur « J’ai déjà iTunes » pour l’ouvrir dès maintenant.

I Have iTunes Téléchargement gratuit
iTunes pour Mac et PC

Doll Domination

Ouvrez iTunes pour écouter des extraits, acheter et télécharger de la musique.

Avis sur l’album

There's a perfectly good reason why the first single from Doll Domination, the Pussycat Dolls' second album, sports the punch line "When I Grow Up/I Want to Be Famous": despite a million-selling debut, the Pussycats aren't famous yet, a fact borne out by the disastrous non-launch of head Doll Nicole Scherzinger's scrapped solo debut Her Name Is Nicole. Heralded by several sexy magazine covers, the record was set for 2007 but disappeared after four singles failed to turn into hits. Maybe they weren't great songs, maybe the public didn't like them, but it's just as likely that even fans may not have known who she was, as her name was buried in the credits to PCD's debut and despite all that skin she flashed on all those magazines, nobody really could tie that girl to this group. Every single thing about Doll Domination suggests that the powers that be at Interscope and the PCD organization decided that PCD was an insufficient launch pad for solo stardom, so they made the second album into a showcase for Nicole and the other four Dolls, none of whom you could possibly name or pick out in a Maxim lineup. On Doll Domination's cover, each Pussycat straddles her own motorcycle bedecked with the initial of her first name, while on the album each gets to sing lead on at least one track and on the double-disc deluxe version — which clocks in at over 85 minutes, four minutes longer than Pink Floyd's The Wall — each Pussycat gets a track credited to herself.

Despite the parade of pretty, sculpted, generic R&B voices, there are some good tracks: the ever-reliable Kara DioGuardi helps give the shimmering '80s gloss of "Who's Gonna Love You" some shape and Ne-Yo's "Happily Never After" is a good ballad, and there's a Snoop Dogg cameo and Missy Elliot name-dropping Katy Perry.

Avis des utilisateurs

j'adore

j'aime bcp cette album, bien sur sur le 19 chansons il y en quand même que je n'aime pas bizarement la plupat des chanson produitent par timbaland(que d'habitude jaime beaucoup), cette album est différent de leur premier ce qui est un plus car comme ça les pcd ne reste pas enfermer dans le style de leur 1er album, elle évoluent avec le temps et arrive a donner un album génial dans cet album il y a beaucoup de slow (étrange pour un groupe parfois califier "dance"), mais ce sont les chansons que je préfère de cet album( surtout "hush hush") par contre deçu par "bottle pop" on sent beaucoup l'inspiration de "button" les chansons que j'aime le moins sont "magic""hallo""in person" et les chansons que je préfèrent sont : "when i grow up","i hate this part","takin over the world","happily never after", "hush hush","baby love". j'aime beaucoup la nouvelle version de "baby love", l'ajout de son electro donne un petit charme et un renouveau a la chanson, moi qui d'habitude n'aime pas trop l'electro, sa rend bien sur cette chanson!!!!

Un album réussi

Pour moi un album qui s'annonce comme un succès, plusieurs titres très plaisants, un album agréable à écouter =) J'aime particulièrement "When I grow up", "Takin' over the world" et "Baby Love".

Un album bien calibré pour des poupées à la plastique tout autant calibrée...

Le plus amusant sur cet album, c'est que tout, ou presque, a été calibré par des hommes. Un véritable bataillon de mâles se trouve à l'origine de l'écriture des paroles et des musiques... Impressionnant. Il fallait bien ça pour servir de rampe de lancement aux cinq poupées siliconées qui se trémoussent tout en poussant la chansonnette sur des arrangements léchés, dont le seul but est de pénétrer facilement et sans douleur au plus profond du cerveau de fans lobotomisés. L'ensemble se fera rapidement oublier d'ici une paire d'années, après que tout ce beau monde ait encaissé sa part du gateau. Aller m'en vais écouter du Mozart.

Biographie

Formé(s) : Los Angeles, CA

Genre : Pop

Années d’activité : '00s, '10s

The Pussycat Dolls font leurs débuts sous la forme d’une revue de danse burlesque, à Los Angeles. Peu après le lancement de cette revue, le groupe commence à attirer des actrices et des mannequins qui souhaitent revêtir pour un soir le statut de Pussycat Doll. Une participation dans le film de 2003 Charlie's Angels: Full Throttle) est suivie de nombreuses apparitions à la télévision, la plupart avec Carmen Electra. Tirant parti de l’attention nationale et de l’inclusion en tant que chanteuse principale...
Biographie complète
Doll Domination, The Pussycat Dolls
Afficher sur iTunes

Note

Ses contemporains