12 Morceaux, 47 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

En hommage au roman de Jack Kerouac, « Satori à Paris », Étienne Daho et ses acolytes Arnold Turboust et Rico Conning imaginent, en 1986, un album lumineux (satori en japonais désigne l’éveil spirituel) où le son des synthétiseurs se marie à la nonchalance de la neo pop anglaise. De l’album, les radios ont retenu « Tombé pour la France » ou « Duel au soleil ». Autant de tubes qui ont contribué à l’émergence de la new wave et au sacre d’Étienne Daho.

NOTES DES ÉDITEURS

En hommage au roman de Jack Kerouac, « Satori à Paris », Étienne Daho et ses acolytes Arnold Turboust et Rico Conning imaginent, en 1986, un album lumineux (satori en japonais désigne l’éveil spirituel) où le son des synthétiseurs se marie à la nonchalance de la neo pop anglaise. De l’album, les radios ont retenu « Tombé pour la France » ou « Duel au soleil ». Autant de tubes qui ont contribué à l’émergence de la new wave et au sacre d’Étienne Daho.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Étienne Daho

Vous aimerez peut-être aussi