12 Morceaux, 40 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Après The Age of Understatement en 2008, Miles Kane et Alex Turner font un retour fracassant sur la scène indie rock avec un album enregistré au Shangri-La Studio à Malibu. On retrouve la patte des deux poids lourds du rock britannique dans un style plus débridé et expansif. Le violoniste Owen Pallet ajoute une touche expérimentale avec des arrangements de cordes astucieux, à la fois bruts et harmonieux. Découvrez ici le second projet foudroyant du groupe qui continue de réinventer le rock alternatif.

Avis parental contenu explicite Masterisé pour iTunes

NOTES DES ÉDITEURS

Après The Age of Understatement en 2008, Miles Kane et Alex Turner font un retour fracassant sur la scène indie rock avec un album enregistré au Shangri-La Studio à Malibu. On retrouve la patte des deux poids lourds du rock britannique dans un style plus débridé et expansif. Le violoniste Owen Pallet ajoute une touche expérimentale avec des arrangements de cordes astucieux, à la fois bruts et harmonieux. Découvrez ici le second projet foudroyant du groupe qui continue de réinventer le rock alternatif.

Avis parental contenu explicite Masterisé pour iTunes
TITRE DURÉE

Notes et avis

4.6 sur 5
49 notes
49 notes
Darken941 ,

Trop d'attente tue l'attente

Ma première impression après ma première écoute de ce nouvel album ? Plutôt agréable, même si un peu trop lancinant à mon goût (faut dire que je l'ai écouté à moitié endormi).
Mais le vrai problème est qu'il souffre trop de la comparaison avec son grand frère "The Age of the Understatement", qui est - n'ayons pas peur des mots - un véritable chef-d'oeuvre complètement spontané de deux gamins du nord de l'Angleterre.
Aujourd'hui adulte, Miles et Alex qui se veulent plus "dirty" nous offrent paradoxalement un album plus propre que le premier, peut-être trop propre. Il manque de titre qui reste constamment dans la tête et dont on devient accro, à l'image de "TAOTU", "Standing next to me", "Separate and ever deadly" ou encore "Black Plant". Même les b-sides de l'époque telle que "Gas Dance" ou "Two hearts in two weeks" surpassent certains morceaux de ce nouvel opus.
Pour conclure, sur l'échelle normale c'est un bon album à écouter, mais sur l'échelle de Turner et Kane c'est de l'ordre du moyen. On parle souvent de l'album de la maturité pour un artiste, mais là il s'agit sans doute de l'album du repos sur ses lauriers pour les 2 génies anglais. Dommage...

Vald'N'Ir ,

Envoyez les violons

Last Shadow puppets dans la lignée de son precedent premier album offre avec Everything you've come to except une pop ultra mélodique empreinte de rock british old school (le sens rythmique & la précision des riffs d'artic monkeys et des rascals est clairement présente tout le long de l'album), comme si les clashs rencontraient le rond veneziano... et album est encore supérieur au premier, plus maitrisé, plus subtilement produit, la présence des cordes comme dans le précèdent apporte un vrai plus mélodique et une vraie richesse d'écoute. Aviation et pattern sont à tomber par terre, mélodies aériennes, exécution au cordeau. Bad Habbits ténébreux rock, everything you come to expect, balade pluvieuse et rêveuse, Bourne identity, classe. L'ensemble file à 100 à l'heure sans aucun temps mort ou presque et se positionne d'ores et déjà comme candidat à l'album de l'année.

Charpy de Monaco ,

AVIATION THE LAST SHADOW PUPPETS

Attention disque de l année
A écouté en boucle toute la nuit grandiose 😎

Plus de titres par The Last Shadow Puppets

Vous aimerez peut-être aussi