13 Morceaux, 1 heure 2 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Après le succès de son premier album, le quintette parisien revient en toute élégance avec cet album entre spleen et lumière. Lyrique et littéraire, leur mélange gracieux de pop rock et de chanson française se teinte d’électro (« Anna »), de krautrock (« La Fenêtre ») et même de hip-hop (« L’ivresse »). L’opus s’ouvre avec un poème chuchoté qui s’enchaîne aisément avec la torturée « Grace », sur laquelle le timbre éraillé d’Arthur Teboul prend son envol au refrain. Célébrant somptueusement les mots, la bande transcende les comparaisons avec Bashung ou Gainsbourg, et impose sa signature.

NOTES DES ÉDITEURS

Après le succès de son premier album, le quintette parisien revient en toute élégance avec cet album entre spleen et lumière. Lyrique et littéraire, leur mélange gracieux de pop rock et de chanson française se teinte d’électro (« Anna »), de krautrock (« La Fenêtre ») et même de hip-hop (« L’ivresse »). L’opus s’ouvre avec un poème chuchoté qui s’enchaîne aisément avec la torturée « Grace », sur laquelle le timbre éraillé d’Arthur Teboul prend son envol au refrain. Célébrant somptueusement les mots, la bande transcende les comparaisons avec Bashung ou Gainsbourg, et impose sa signature.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Feu! Chatterton