14 Morceaux, 50 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Avec La fête est finie, le rap unique d’Orelsan offre une chronique sociale décalée. Au milieu des punchlines taquines, une certaine mélancolie parcourt les morceaux, venant invectiver comme questionner lorsqu’on ne s’y attend pas. Bien plus que simples, basiques, les prods entêtantes laissent l’espace idéal au flow véhément du MC, pour des textes qui résonnent un peu trop avec notre vécu, tel « Défaite de famille » qui ne laisse pas indifférent, entre rire et gêne. Alors que des hits de club se mélangent avec du rap de rue, un équilibre parfait est atteint pour donner un album incontournable.

NOTES DES ÉDITEURS

Avec La fête est finie, le rap unique d’Orelsan offre une chronique sociale décalée. Au milieu des punchlines taquines, une certaine mélancolie parcourt les morceaux, venant invectiver comme questionner lorsqu’on ne s’y attend pas. Bien plus que simples, basiques, les prods entêtantes laissent l’espace idéal au flow véhément du MC, pour des textes qui résonnent un peu trop avec notre vécu, tel « Défaite de famille » qui ne laisse pas indifférent, entre rire et gêne. Alors que des hits de club se mélangent avec du rap de rue, un équilibre parfait est atteint pour donner un album incontournable.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Orelsan