8 Morceaux, 50 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Depuis le milieu des années 90, Ludovic Navarre alias St Germain incarne à merveille la fusion réussie de la house et du jazz. Pour une nouvelle génération avide de métissages musicaux, le producteur parisien livre un opus éponyme, son troisième après Boulevard (1995) et Tourist (2000). À la rencontre de l’acid-jazz, du blues et de la musique africaine, l’artiste se lance et nous entraîne dans une épopée électro inédite, comme en témoigne le morceau « Real Blues » où la voix samplée du légendaire bluesman Lightnin’ Hopkins brille de mille feux.

NOTES DES ÉDITEURS

Depuis le milieu des années 90, Ludovic Navarre alias St Germain incarne à merveille la fusion réussie de la house et du jazz. Pour une nouvelle génération avide de métissages musicaux, le producteur parisien livre un opus éponyme, son troisième après Boulevard (1995) et Tourist (2000). À la rencontre de l’acid-jazz, du blues et de la musique africaine, l’artiste se lance et nous entraîne dans une épopée électro inédite, comme en témoigne le morceau « Real Blues » où la voix samplée du légendaire bluesman Lightnin’ Hopkins brille de mille feux.

TITRE DURÉE

Plus de titres par St Germain

Vous aimerez peut-être aussi