iTunes

Ouverture de l’iTunes Store en cours…Si iTunes ne s’ouvre pas, cliquez sur l’icône de l’application iTunes dans votre Dock Mac ou sur votre bureau Windows.Progress Indicator
Ouverture de l’iBooks Store.Si iBooks ne s’ouvre pas, cliquez sur l’app iBooks dans votre Dock.Progress Indicator
iTunes

iTunes is the world's easiest way to organize and add to your digital media collection.

iTunes est introuvable sur votre ordinateur. Pour écouter des extraits et acheter des morceaux de « Cults » par Cults, téléchargez iTunes.

Vous avez déjà iTunes ? Cliquez sur « J’ai déjà iTunes » pour l’ouvrir dès maintenant.

I Have iTunes Téléchargement gratuit
iTunes pour Mac et PC

Cults

Ouvrez iTunes pour écouter des extraits, acheter et télécharger de la musique.

Avis sur l’album

Cults made the most of the mystery surrounding them, turning the three songs they posted on their Bandcamp page into major-label record deal in just over a year. Of course, it helped that one of those songs was “Go Outside,” a piece of pop so sunny and wistful that it only made the question “who is this band?” even more pressing. However, the more important question was: could they sustain that kind of beauty over an entire album? The expectations for Cults were nearly as high as the level of secrecy around the band in its early days, and the revelation that the group revolved around New York-based guitarist Brian Oblivion and vocalist Madeline Follin did little to dispel the enigma. However, it does explain why Cults' sound is so focused: they explore and subvert early-‘60s pop, swathing Follin's girl group-ready vocals in trippy sounds and samples, channeling the unearthly quality of some of that era’s music and its chiaroscuro mix of innocence and mortality. Just how much Follin and Oblivion love ‘60s pop is evident in Cults' details, like the handclaps, pounding pianos, and splashy reverb on “Bad Things,” which sounds like Follin is singing in the rain. The best example of their music is still the song that started it all. “Go Outside” embellishes Follin's seemingly simple wish to go out and live her life with sparkling glockenspiels on one hand and Jonestown leader Jim Jones saying “To me, death is not a fearful thing; it’s living that's treacherous” on the other. Nothing else on Cults is quite as striking, though the contrast of Follin's childlike voice and dark words casts her as a girl in trouble on “Never Heal Myself” and “Most Wanted,” where she sings, “what I most want is bad for me, I know.”

Avis des utilisateurs

Next big thing?

Voici donc une des belles histoire de cette année 2011, Cults nous propose une pop suave et sexy empruntant largement aux 60's. Si le duo est assez sympathique de prime abord, rien de ce qu'ils proposent n'aurait du exploser comme cela a été le cas.

Malgré un certain talent pour les compositions courtes et enjouées, le duo nous fait voyager et nous refait apprécier les Supremes et bien d'autres groupes qui redeviennent tendance en ce moment. Au niveau de la production, c'est assez limpide et simpliste sans être garage. Tout est bien ficelé et les versions modifiées des titres sont bien plus agréables que les démos écoutées sur Bandcamp, c'est une évidence.

A vrai dire, je suis très surpris par ce succès flash. Même si musicalement, le groupe est intéressant et marquera au fer rouge cette année 2011, je ne peut m'empêcher de trouver cet emballement un peu trop excessif de sites comme Pitchfork et d'autres. Certes, il y a de la qualité mais à trop hyper des groupes comme celui-ci, on favorise l'émergence d'épiphénomènes qui, je ne leur souhaite pas soyons clair, finirons certainement par s'autoparodier ou par faire la même chose album après album.
Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, cet album est vraiment bon, court, intense, varié et surtout rafraichissant. On peut l'écouter en boucle et le faire découvrir à tous ses amis hipster ou simplement amateurs de musiques un peu old-fashion car la vraie musique, c'était à cette époque là qu'elle se faisait.

Ne cherchez donc pas un son à la mode mais plutôt un bel hommage frais et fera plaisir aux amateurs d'Adele et à ceux qui n'aiment pas les albums trop longs et dont on ne retient rien au final. Il y a largement assez de bons titres pour faire des passages radio ou pour écouter en soirée comme fond sonore.

wwwwwwhhhhaou

trop cool, bon son good vibes

Enfin!

J'avais repéré ce groupe sur une appli ipad (AWE)... impossible de trouver un CD. Enfin ils son édités!

Biographie

Formé(s) : 2010 à New York, NY [Manhattan]

Genre : Alternative

Années d’activité : '10s

Cults' twinkling experimental pop arrived in a shroud of mystery early in 2010, when the group posted three songs on its Bandcamp page. One of those songs was "Go Outside," which mixed dream pop haze with girl group harmonies (and, fittingly, samples of Jonestown leader Jim Jones) and earned the band acclaim from publications including Pitchfork and NME. Eventually, Cults' core duo was revealed as guitarist Brian Oblivion and vocalist Madeline Follin, who were also a couple. Later in 2010, Cults...
Biographie complète
Cults, Cults
Afficher sur iTunes

Note