• 4,99 €

Description de l’éditeur

Une photo prise au passage, d’un tag sur un mur de métro : la crise.Dans la phrase taguée, la crise c’est chaque fin de mois, le tagueur a hésité sur le s à la fin : fin de moi ?

On retrouve dans ce texte de Joachim Séné son jeu majeur de détournement, combinaison, contrainte. Mais ici ce jeu s’oublie, le verbe qui devient rage, même dans les anagrammes de la toute fin.

La domination politique s’appuie sur le verbe. Le combat social, l’inégalité, la fuite devant les ombres s’appellent politique quand ils deviennent discours, adresse, détournement des mots.

Et notre tâche à nous, artisans de langage, ne serait pas aussi dans ce territoire, où s’atteler à ce qui maltraite la langue, ou la ravale à bien peu, en lui demandant de dissimuler ou affadir ce qu’on maltraite des hommes et des choses ?

Quand le discours politique devient un robinet d’eau tiède, lorsqu’un mot devient une vague image dans les journaux ou sur les ondes, il évacue ce qu’il contient.

On a besoin de ces textes-cri : c’est nous-mêmes qu’ils rehaussent.

« La crise » est suivi de « Sans » et « Déclaration ».


Pour présentation et autres travaux de Joachim Séné, lire son Journal écrit et ses Fragments, chutes et conséquences.

GENRE
Romans et littérature
SORTIE
2012
22 septembre
LANGUE
FR
Français
LONGUEUR
72
Pages
ÉDITEUR
Publie.net
TAILLE
1.2
Mo

Plus de livres par Joachim Séné